lundi 23 mai 2016

Visages 2016, le discours inaugural



« Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître, et dans ce clair-obscur surgissent les monstres. » Cette traduction poétique d’une pensée du marxiste italien Antonio Gramsci me semble particulièrement adaptée à la période actuelle.
Ce vieux monde qui se meurt, c'est ce système de gaspillage généralisé qui corrompt les esprits, discipline les corps et détruit les écosystèmes au nom de l'argent-roi.